Séminaire 9: La Vulnérabilité Climatique au Croisement des Disciplines : définitions, mesures frontières

Le changement climatique produit des vulnérabilités qu’il est nécessaire de définir et de mesurer. Le présent séminaire, qui est le second à s’intéresser à cette thématique et le neuvième du cycle « Nouvelles Frontières? » propose de croiser les perspectives disciplinaires autour du concept de vulnérabilités au changement climatique.

 

On s’interrogera sur les définitions du terme selon les disciplines, dans une perspective historique. On cherchera à identifier les critères d’observation, les systèmes de classification produits et la façon dont les mesures permettent de construire des scénarios ou trajectoires pour anticiper les phénomènes d’adaptation. Enfin on considérera les spécificités géographiques et culturelles des vulnérabilités climatiques et le rôle déterminant des frontières dans les trajectoires d’adaptation.

 

Programme

9h00

Camille Biros et Caroline Rossi, ILCEA4, Univeristé Grenoble-Alpes, « Lexique de la vulnérabilité climatique dans un corpus comparable en anglais et français »

9h30

Sabine Lavorel, Centre de Recherches Juridiques UGA, « La vulnérabilité climatique du point de vue du droit »

10h00

Mehdi Abbas, PACTE, Université Grenoble-Alpes, « Vulnérabilités climatiques : économie politique d’une notion polysémique »

10h30

Dominique Baud et Anouk Bonnemains, PACTE et CDPPOC, Université de Savoie, « La vulnérabilité vue par le géographe : essai(s) de définition »

11h00

Pause

11h15

Stéphane Cartier, PACTE, Université Grenoble-Alpes, « Les lois parasismiques en Californie (USA), Colombie Britannique (Canada) et Cuyo (Argentine), une expérience commune au Nouveau-Monde pour maîtriser la vulnérabilité intergénérationnelle ? « 

11h45

Thierry Lebel, IGE, Université Grenoble-Alpes,  « La vulnérabilité au réchauffement climatique est-elle mesurable ? »

12h15

Table Ronde

Le Programme peut être téléchargé ici.

Date: 25 janvier 2019

Lieu: Grande Salle des Colloques, bâtiment F

Journée d’Etude: Villes – Définitions et Pratiques

Selon l’ONU, 55% des individus vivent dans une ville, un chiffre qui est beaucoup plus élevé dans les pays industrialisés – aux Etats-Unis et au Canada, on atteint même 80%. Les villes sont une donnée majeure du monde actuel : non seulement elles concentrent la majorité de la population mondiale mais elles polarisent également les flux – de marchandises, de personnes et de capitaux – faisant d’elles des acteurs centraux dans la mondialisation. Cette demi-journée d’études, qui s’insère dans l’axe transversal « migrations, frontières et relations internationales » vise à réfléchir sur les villes contemporaines et les dynamiques qui les structurent pour mettre en évidence des éléments de définition et voir comment la ville est un « espace vécu » (Frémont 1974), par les individus.

Cette demi-journée d’étude accueillera trois intervenants:

  • Paulette Duarte, Université Grenoble-Alpes (PACTE), « Villes : définitions et limites d’un concept »
  • Daisy Waked, Université du Saint Esprit du Kaslik,
    « Reading the City as Text in Contemporary American Literature »
  • Fanny Vuaillat, Université Grenoble-Alpes (PACTE), « imaginaires et représentations des espaces urbains »

Séminaire 8 : Traduction et frontières culturelles

Faisant le lien entre deux langues mais également entre deux cultures, la traduction est une peut se heurter à différents obstacles, notamment liés à la culture. Cette 8è séance du séminaire « Nouvelles Frontières? » se propose donc de réfléchir aux enjeux entourant la traduction à travers le prisme des différences culturelles. Pour ce faire des universitaires et des traducteurs professionnels nous feront part de leur expérience afin de discuter de l’existence de « frontières culturelles ».

Programme:

Zelie Guevel (Université de Laval-Canada) : « Traduction et bilinguisme au Canada – état de la question »

Marie-Josée de Saint-Robert (Traductrice à l’ONU) : « Les solutions des traducteurs de l’ONU face aux réalités culturelles inconnues »

Patricia Zaylah (USEK – Liban) : « Cultural Boundaries in Translation: Approaches and Strategies »

Aurélien Yannick (Université Jean Jaurès, Toulouse) : « Aires linguistiques et mondialisation des enjeux identitaires »

Date: 29 novembre, 14h

Lieu: Grande Salle des Colloques

Conférence: Brexit, le décompte final

Le 23 juin 2016, le Royaume Uni a fait trembler la planète lorsque, contre toute attente, les Britanniques ont voté pour sortir leur pays de l’Union Européenne. Près d’un an et demi après et alors que la date fatidique de sortie approche, tous les regards sont rivés sur les négociations qui peinent à prendre forme. L’enjeu principal demeure la relation qui unira le pays et l’UE après le 29 mars 2019.

Les scénarios se sont multipliés au fil des semaines : de l’union douanière, au traité de libre-échange calqué sur celui du Canada en passant par une perspective qui, d’abord improbable, se fait de plus en en plus plausible, à savoir l’éventualité d’un « no deal » qui serait meilleur qu’un « mauvais deal » pour paraphraser la Première ministre, Theresa May.

Au-delà de cet enjeu majeur, les répercussions sur le pays sont nombreuses. En effet, selon l’option choisie, c’est l’unité du Royaume Uni qui risque d’être menacée. Premièrement, l’Ecosse, qui a voté majoritairement pour rester dans l’Union Européenne, souhaite se préserver un statut particulier afin de ne pas perdre ses liens avec l’UE. Une sortie selon un « hard Brexit » pourrait conduire le parti nationaliste au pouvoir à demander un nouveau référendum sur l’indépendance de la région.

Mais les enjeux sont encore plus importants en Irlande du Nord. Depuis l’accord du vendredi saint, qui a mis fin à la période des « troubles », qui ont déchiré la région pendant près de 25 ans, il n’y a plus de frontière avec la République d’Irlande. Or, la sortie de l’UE signifierait le retour de certains contrôles – douaniers, sécuritaires – qui recréeraient une frontière et provoqueraient inévitablement un retour des tensions entre nationalistes et unionistes. Concilier le Brexit avec l’absence d’une frontière représente un casse-tête quasi-insoluble auquel les négociateurs tentent malgré tout de trouver une solution. Ce séminaire se propose donc de faire le point sur le statut des négociations, un peu plus de trois mois avant la sortie effective du Royaume Uni, et d’analyser les enjeux entourant ces dernières.

Cette double conférence qui aura lieu à la fois à Grenoble et à Valence prendra la forme d’une conférence ouverte aux chercheurs, aux étudiants ainsi qu’au grand public afin de réfléchir à ces sujets.

Quatre intervenants participeront à cette manifestation:

Christian Auer, Professeur desUniversités, Université de Strasbourg, « Le Brexit ou ledouloureux divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne »

Karine Bigand, Maître de conférences, Université d’Aix-Marseille, « Brexit et le cass-tête nord-irlandais »

Annie Thiec, Maître de conférences, Université de Nantes, « Le Brexit: un cadeau empoisonné pour legouvernement écossais de Nicola Sturgeon »

Yann Echinard, Maître de conférences, Sciences Po Grenoble et Alain Laurent, Maître de conférences, Université Grenoble-Alpes, « L’impact économique du Brexit »

Vous pouvez télécharger le programme ici.

Date: Jeudi 13 décembre 2019 – 17h

Lieu: Amphi Weil, Campus de Grenoble

Date: Vendredi 14 décembre 2019 – 9h

Lieu: Auditorium de l’ADDUDA, Campus de Valence

Conférence « Être un homme célibataire en Chine rurale »

Cette conférence, organisée dans le cadre du séminaire CEMRA-CREO accueillera Isabelle Attané, directrice de recherches à l’Institut national d’études démographiques (INED). S’appuyant sur l’enquête de l’équipe de chercheurs DefiChine, elle exposera, à l’occasion de cette conférence, les facteurs du célibat masculin en Chine rurale, en prenant le contre-pied de certaines idées reçues, comme celle voyant dans les hommes exclus du mariage des individus plus enclins aux pratiques à risque ou socialement réprouvées.

Présidence de séance

Nadine André (UGA, CEMRA)

Damien Morier-Genoud (UGA, CREO)

Date : Lundi 26 novembre 2018 14h15-15h30

Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des langues et des cultures (MLC)

« Critical Geographies » Journée d’étude

 

Le séminaire itinérant Critical Geographies/Géographies critiques porté par l’Université Montpellier 3 (Claire Omhovère) et l’Université Aix-Marseille (Gilles Teulié et Matthew Graves) fera étape à l’Université Grenoble Alpes pour une journée en novembre 2018 (date précise à définir). Il sera organisé par des membres de l’ILCEA4/CEMRA des axes « Monde anglophone colonial et postcolonial » et « Migrations et frontières / Politiques et espaces de sociabilité » et réunira des collègues linguistes et géographes du LIDILEM et de PACTE.

La thématique retenue pour cette journée est « Cartographies en mouvement/Mapping mobility ».  L’objectif de cette journée de séminaire est de rassembler différentes formes de cartographies des espaces étudiés et de mettre en commun des outils critiques qui permettent de réfléchir aux modes de représentation des espaces en mouvement, soit que leur définition n’est pas fixe (c’est le cas de certaines frontières), soit que la perception de ces espaces est fluctuante (migrations, diasporas). Les questions que nous souhaitons aborder lors de cette journée sont à la fois les modes concrets de représentations cartographiques (2D, 3D, numériques) et en particulier la question des frontières : frontières mobiles, populations mobiles. Nous sollicitons donc pour cette journée des communications sur ces questions émanant de chercheurs qui travaillent sur les représentations de l’espace et réfléchissent de manière critiques aux outils mis en place dans le champ des sciences humaines et sociales mais aussi de la littérature et des arts. 

 

PROGRAMME 

« CARTOGRAPHIES EN MOUVEMENT/MAPPING MOBILITY »

9h-9h15 : ACCUEIL DES PARTICIPANTS

9h15-9h30 : PRESENTATION DE LA JOURNEE

Marie MIANOWSKI (ILCEA4-CEMRA): « From territories to places: mapping mobility»

9h30-10h00 : Anne-Laure AMILHAT-SZARY (PACTE) : « Mapping, unveiling, and protecting – mapping the processes of migration ethically »

10h00-10h30 : Lisa FITZGERALD (CRBC Rennes) : « Digital Mapping: Google Street View and Social Documentary ».

10h30-10h45 Pause Café

10h45-11h15 : Gilles TEULIE (LERMA): « Postcards and European empires »

11h15-11h45 : Virginie BERNARD (EHESS) : « Représentations antagonistes de l’espace entre Aborigènes Noongars et l’Etat australien »

12h-12H30 : DISCUSSION

DEJEUNER AU MARTIN’S CAFE

14h-14h45 : Conférencière invitée, Nessa CRONIN (OMOS AITE, NUI GALWAY, IRELAND) : « Creative Cartographies: The Tim Robinson Archive and Mapping the West of Ireland. »

14h45-15h15 : Christine VANDAMME (ILCEA4-CEMRA) : « D’une représentation de l’outback et du Bush à celle du désert et du lieu extra-national. »

15h15- 15h30 : Pause café

15h15-15h45 : Myriam GEISER (ILCEA4 – CERAAC): « Cartographies transculturelles : L’écriture nomade dans l’œuvre d’Ilija Trojanow »

15h45-16h15: Maëlle JEANNIARD DU DOT (ILCEA4- ACE) : « The Af-Pak Border in Nadeem Aslam’s The Blind Man’s Garden »

16h15-17h00 : SYNTHESE ET DISCUSSION

 

Date: 16 novembre 2018

Lieu : Salle Jacques Cartier

Appel à communication: « Frontières dans les Amériques »

Alors que dans le sillage de l’effondrement de l’URSS, de nombreux analystes prévoyaient que le monde avait atteint la « fin de l’histoire » [Fukuyama, 1992] et que les organisations régionales ainsi que les accords de libre-échanges – parmi lesquelles l’Union européenne faisait figure de modèle à suivre, d’exemple d’intégration le plus abouti – étaient le signe de l’avènement d’un monde sans frontières, on se rend compte que, plus de trente ans plus tard, la réalité est bien loin de ces commentaires. On a plutôt assisté à un « retour des frontières » [Amilhat Szary, 2006], [Foucher, 2016], [Ferguson 2017]. L’un des signes les plus parlants est la multiplication des « murs frontaliers » dont le nombre est passé de 15, en 1989, à plus de 60 en 2016 [Vallet, 2016]. Signe d’un phénomène de « rebordering » [Van Houtoum, 2004], [Podescu, 2011], ces murs sont la manifestation d’une « transformation qualitative » des frontières [Ibid, 3]. Cependant, leur retour se fait sous différentes formes, qu’il s’agisse de leur renforcement concret, ou bien du renforcement des activités de contrôle et de surveillance, ou bien encore de leur contestation par des mouvements séparatistes dont les référendums en Catalogne ou au Kurdistan sont les exemples les plus récents. Une nouveauté, c’est que ces processus attribuent aux frontières une fonction de « tri des flux » menant à leur « traitement différencié » [Amilhat-Szary, 2015].

Qu’elles soient contestées, transgressées, transcendées, renforcées ou intégrées, les frontières sont donc au cœur du débat politique. Ce colloque – le premier d’une série intitulée « Frontières, espaces et pouvoirs » – s’intéressera aux frontières dans une ère géographique particulière : le continent américain. Parce qu’elles ont été colonisées par les pouvoirs européens, les Amériques ont de cela en commun que leurs frontières ont été mises en place afin d’« ordonner » le Nouveau Monde [Popescu, 2011, 8]. Plus exactement, elles combinent de façon originale deux formes d’appropriation territoriale, une logique de conquête zonale colonisatrice (frontier) et une volonté de maillage du monde dans une perspective occidentale de l’espace (boundary) [Perrier Bruslé, 2007]. Elles véhiculent donc une dimension exogène qui peut avoir des implications pour les espaces et les communautés qu’elles traversent tant en termes de légitimité que d’identité. Au-delà de leur passé colonial, les Amériques ont, depuis les années 1990, un autre point commun : embrassant les forces de la mondialisation, elles ont mis en place des accords commerciaux que ce soit par le biais de l’ALENA pour l’Amérique du nord ou du MERCOSUR pour l’Amérique du sud, afin de favoriser l’intégration régionale. Et ces accords ont mis en avant une vision particulière de la frontière, une frontière qui apparaît davantage comme une « ressource » et moins comme un « stigmate » [Amilhat-Szary, 2015, 85]. Au niveau local, les acteurs ont parfois un point de vue différencié sur la mise en valeur des territoires « périphériques » où ils vivent et développent des initiatives para-diplomatiques innovantes. Sur un continent, dont certaines régions ont été marquées par des conflits frontaliers récurrents depuis le 19ème siècle et où les frontières sont, pour certaines, aujourd’hui encore contestées, notamment en Amérique centrale, [Medina, 2009, 36-37], l’intégration a été un « facteur de stabilisation » [Medina, 2009, 41] sans gommer les tensions de géopolitique interne qui débordent parfois outre-frontière, mettant en péril la stabilité continentale.

Cependant, les attentats du 11 septembre 2001 – et plus généralement l’émergence d’une menace terroriste internationale, présente en Amérique Latine dès les attentats de Buenos Aires, dans les années 1880 – ont modifié le rôle des frontières, contribuant à leur « refonctionnalisation ». La résurgence d’une Fortress America [Alden, 2008], [Andreas, 2003], [Noble, 2004] a été très largement documentée pour ce qui est des Etats-Unis mais le phénomène de rebordering concerne aussi les frontières latino-américaines de façon néanmoins plus ambivalente puisqu’elles sont prises dans un processus contradictoire de « démantèlement et de construction » [Machado De Olivera, 2009, 19]. Alors que certaines semblent se fermer, en raison de la réponse qu’ont eue certains pays contre le terrorisme, d’autres, au contraire, prennent un chemin inverse d’ouverture, notamment en Amérique centrale [Médina, 2009, 138]. On y lit sur ce continent une politique de réinterprétation originale des grandes tendances de gestion des frontières au niveau mondial, avec par exemple le déploiement d’un appareil de sécurisation des frontières brésiliennes d’une ampleur sans précédent, sans remise en question réelle de la croissance des flux d’échange internationaux, légaux comme illégaux (contrebande, narcotrafic, etc…) [Dorfman et al, 2014], [Dorfman et al, 2017].

On peut difficilement définir une dynamique commune aux frontières du continent américain puisque leur rôle change d’un pays à l’autre, voire d’une région à l’autre [Machado Oliveira, 2009, 20] : les frontières sont marquées, au contraire, par une « immense variété » notamment en Amérique Latine où elles sont plus nombreuses. Entre les « frontières distantes » qui séparent des régions marginales dont les territoires « tournent le dos à la frontière » (Argentine/Chili, Paraguay/Brésil…), les « frontières capricantes », marquées par des liens transfrontaliers illégaux notamment dans des zones nouvellement urbanisées (Costa Rica/Nicaragua, Mexique/Guatemala), ou encore les « frontières vibrantes », qui tirent leur dynamisme d’une population dense et d’avantages comparatifs nombreux (Brésil/Uruguay, Pérou/Equateur, Mexique/Etats-Unis), sans oublier les « frontières protocolaires », qui sont des régions instrumentalisées par le pouvoir central afin de promouvoir leur « dynamisation » ou encore de lutter contre les trafics illégaux selon une approche top-down (Chili/Argentine, Haïti/République Dominicaine), on voit que les types de frontières sont nombreux [Machado de Oliveira, 2009, 28-30]. Différents degrés de coopération transfrontalière se nouent à travers elles et le présent colloque peut être l’occasion d’affiner cette typologie.  Dans un contexte global de montée en théorie des études frontalières, il peut être intéressant de se demander en quoi une approche continentale permet de faire le point sur des spécificités régionales, mais aussi de contribuer, de façon originale, à cet effort épistémologique [Mezzadra, 2013], [Nail, 2016], [Parker et al, 2012], [Wastl-Walter, 2012].

Ce colloque se propose donc de réfléchir à ces différentes dynamiques qui animent les frontières américaines, ainsi que les mutations qu’elles ont connues dans la dernière décennie selon plusieurs axes.

Retrouvez l’appel à communication complet en cliquant sur ce lien.

Lieu : Grenoble

Date : 11-13 Juin 2019

31 octobre 2018 (nouvelle date) : Date limite d’envoi des propositions à l’adresse suivante : bordersinamericas.2019@gmail.com   

Les réponses d’acceptation seront envoyées aux intervenants mi-décembre

Les propositions (en anglais, en français, ou en espagnol) comprendront un résumé de 300 mots environ et une courte notice biographique de 100 mots.

Migrations, frontières, relations internationales

L’axe transversal « Migrations, frontières et relations internationales » est l’un des projets structurants de l’Institut des langues et cultures d’Europe, d’Amérique, d’Asie, d’Afrique et d’Australie (ILCEA4) de l’Université Grenoble-Alpes. A l’heure de la mondialisation, alors que les thématiques relatives aux frontières et aux migrations revêtent une importance certaine dans les médias et le discours politique, réfléchir sur les enjeux entourant ces dernières, dans le cadre plus large des relations internationales, est incontournable pour les chercheurs en sciences sociales.

C’est le travail que fait un groupe d’enseignants-chercheurs, au sein de l’ILCEA4, par le biais d’une approche transdisciplinaire et trans-géographique. En questionnant les migrations et les frontières de différents points de vue – civilisationnel, géopolitique, géographique, sociologique, littéraire, juridique, économique – ils souhaitent, en partenariat avec d’autres laboratoires au sein de l’UGA et d’autres universités en France et à l’étranger, créer une synergie pour structurer l’études des migrations et des frontières et faire de Grenoble un centre d’étude de ces sujets.

Le présent carnet se veut un forum d’échanges et de partage afin de donner une certaine visibilité à ce projet transversal en affichant les manifestations scientifiques et culturelles organisées par l’ILCEA4 mais aussi en publiant des articles sur l’actualité des migrations et des frontiè

Séminaire 7: “Identificatio Urbis Finisimal », les processus d’identification de la population dans les villes frontalières

La 7è séance du séminaire « Nouvelles Frontières? » prendra la forme d’un workshop qui s’insère dans le cadre d’un projet international « Identificatio Urbis Finisimal ». Ce projet, qui en est à ses débuts, vise à créer un réseau transdisciplinaire de chercheurs sur les villes-frontières pour ensuite structurer l’étude des villes-frontières à l’échelle européenne.

Ce workshop proposera un espace d’échanges entre jeunes chercheurs autour des questions théoriques et empiriques liées aux villes-frontières en Europe et en Amérique du Nord.

En premier lieu, il s’agira de réfléchir sur les villes-frontières de façon trans-disciplinaire en favorisant les échanges entre historiens, politologues, sociologues, géographes, civilisationnistes et sociolinguistes de différents laboratoires en France et à l’étranger, notamment en Suède, en Ukraine, en Allemagne. Ensuite, la manifestation va favoriser la préparation de la méthodologie de recherche interdisciplinaire sur les processus d’identification de la population des villes frontalières en France, Ukraine, Allemagne, Pologne, Autriche et en Amérique du Nord.

Programme

9h : Accueil des intervenants

9h30-10h : Introduction: Présentation du projet Identificatio Urbis Finisimal (N. Sopyliuk et P.A. Beylier)

  • Atelier 1 : Présentation des recherches sur les villes frontalières

10h-10h20 : Pierre-Alexandre Beylier, Université Grenoble Alpes, “Border Towns : introduction and definition(s)”

10h20-10h40 : Niklas Bernsand, Lund Université, Sweden, “Retrospective multiculturalism – pre-WWII cultural diversity in Chernivtsi city branding”

10h40-11h: Inna Kubay, NGO “Quadrivium”, Ukraine, “Quadrivium project activities: the results and futures research”

11h-11h20: Jasmin Donlic, MA, University Klagenfurt, “In the footsteps of transnational life worlds in the Alps-Adriatic region”

11h20-12h : Questions/débat

Pause déjeuner – 12h-13h30

  • Atelier 2 : Discussion autour de la méthodologie de recherche interdisciplinaire sur les villes frontalières

13h30-13h50 : Cléa Fortuné, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, “Conducting fieldwork for a multi-disciplinary research. Case study : Douglas, Arizona”

13h50-14h20 : Nataliia Sopyliuk, Université Nationale de Chernivtsi (Ukraine), “L’identification des habitants de la région frontière entre l’Ukraine et la Roumanie : le cas de la ville de Chernivtsi”

14h20-14h40 : Natalia Grabar, Chercheure CNRS, Université de Lille, “L’identification de la population des villes frontalières dans le Web social: le recours aux méthodes de TAL”

14h40-15h30 : questions/débat

Date: 25 mai 2018

Lieu: Salle G209

Séminaire 6 : Les frontières du changement climatique

Cette sixième séance du séminaire « Nouvelles Frontières? » constituera le premier volet de différentes séances consacrées au changement climatique. L’objectif principal de ces séances sera de faire discuter les disciplines afin d’affiner notre compréhension des enjeux entourant le changement climatique.

Pour cette première séance, l’ILCEA4 a fait appel à Joseph Shea, un Professeur invité, venant de l’Université de Northern British Columbia au Canada. Titulaire d’un doctorat en géographie physique, il a été pendant quatre ans spécialiste de l’hydrologie glacière à l’International Center for Integrated Mountain Development in Kathmandu, au Nepal. Il a travaillé sur la mesure de la fonte des glaces afin de développer de nouvelles techniques d’étude du phénomène.

Sa présentation, « Climate Change in Canada’s Mountain Ranges », se concentrera sur les différentes méthodes de mesure de la fonte des glaciers notamment au Canada.

Date: 9 mars 2018

Lieu: Salle des Actes, Bâtiment Stendhal

Séminaire 5: La frontière irlandaise à la veille du Brexit, « The Rule of the Land : Walking Ireland’s Border » de Garrett Carr

Dans son livre Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Anne-Laure Amilhat-Szary termine son introduction en posant la question suivante : « de quoi la frontière est-elle le lieu ? ». Dans le cadre de cette 5ème séance du séminaire « Nouvelles Frontières? », Marie Mianowski, Professeure de Littérature irlandaise à l’Université Grenoble Alpes souhaite montrer comment le livre de Garrett Carr The Rule of the Land : Walking Ireland’s Border publié fin 2017 tente de répondre à cette question en ce qui concerne la frontière irlandaise. Après avoir marché pendant plusieurs semaines le long de la frontière, le narrateur, à la fois cartographe, écrivain et photographe a rendu palpable dans son récit ce qui se vit à la frontière irlandaise, en retraçant les mutations symboliques et parfois invisibles, mais aussi concrètes et matérielles, de la frontière au fil des générations.

A la suite de l’Accord Anglo-Irlandais de 1985, l’auteur irlandais Colm Tóibín avait publié un récit de ses propres pérégrinations le long de la frontière. En marchant à son tour trente ans plus tard, Garrett Carr fait évoluer la lecture politique du territoire et des discours et métaphores qui le constituent, vers une appréciation matérielle de la terre sous ses pieds. « En tant que symbole la frontière divise, mais je vais regarder ce qui s’y passe au sol et dans l’eau », écrit-il pour décrire son projet. Dans le contexte du Brexit, Marie Mianowski, se demandera de quoi la frontière irlandaise pourrait être le lieu dans les années à venir.

Date: 1er mars 2018

Lieu: Maison des Langues

Séminaire 4: Le Brexit ou le douloureux divorce entre l’Union Européenne et le Royaume Uni

Pour la 4ème séance du séminaire « Nouvelles Frontières », Christian Auer, Professeur de Civilisation britannique à l’Université de Strasbourg, viendra faire une conférence à Valence afin d’expliquer les enjeux du Brexit. Il reviendra sur l’histoire de l’euroscepticisme britannique avant d’analyser les facteurs qui ont mené au référendum du 23 juin 2016. Pour finir, il fera le point sur l’état des négociations, les pierres d’achoppement entre le Royaume Uni et l’Union Européenne pour esquisser les possibles scénarios du divorce.

Date: 13 février 2018

Lieu: Amphi Jacquottet, Site Marguerite Soubeyran, Valence

Séminaire 3: frontières et migrations dans le monde arabe

Cette troisième édition du séminaire « Nouvelles Frontières? » va s’intéresser aux thématiques des migrations et des frontières dans le monde arabe.

En croisant les approches, les deux intervenants aborderons le sujet par le biais de la traduction et de la civilisation:

« La traduction comme moyen de dialogue entre les deux rives de la Méditerranée. L’exemple d’Antoine Galland », Salam Diab Duranton, Université Grenoble-Alpes, ILCEA4

« Le Liban face au « tsunami » de la migration, Hayssam Kotob, Université Libanaise

Date: 9 février 2018

Lieu: Petite salle des colloques

Séminaire 2: Les frontières contestées, les mouvements nationalistes en Europe

Dans le cadre de la série de séminaires « Nouvelles Frontières », l’axe transversal de l’ILCEA4, laboratoire regroupant des spécialistes de langues et cultures d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Afrique et d’Australie au sein de l’Université Grenoble-Alpes propose une séance afin de réfléchir sur les mouvements nationalistes en Europe.

En effet, le nationalisme est considéré par de nombreux spécialistes comme « la force politique la plus forte du 20ème siècle ». Force est de constater que ce constat est toujours valable aujroud’hui, notamment en Europe, qu’il s’agisse du nationalisme d’extrême droite qui a connu une poussée notable ces dernières années dans un contexte de crise économique, conjuguée avec une crise migratoire et un scepticisme croissant vis-à-vis de l’Union Européenne, ou bien des mouvements séparatistes qui remettent en cause l’appartenance de certaines régions à des états-nations.

Ce séminaire souhaite réfléchir sur ces mouvements pour comprendre quelles sont leurs modalités, comment ils se structurent-ils et quelles sont leurs revendications. 

Trois intervenants présenteront leurs recherches sur les sujet suivants:

« L’indépendantisme catalan à partir des résultats des élections du 21 décembre dernier – La Catalogne : une région d’Espagne ou une nation d’Europe ? », Michel Martinez, Université Toulouse-Capitole

« Nationalistes irlandais et palestiniens : Histoires de solidarité transnationale, Marie-Violaine Louvet, Université Toulouse-Capitole

« La Construction d’une « Mongrel Nation » : le nationalisme civique en Ecosse », David Leishman, Université Grenoble-Alpes/ILCEA4

Date: 2 février 2018

Lieu: Amphi 5, Bâtiment Stendhal

Séminaire 1: Frontières et migrations, (dé)construction d’un piège territorial

Pour cette séance d’ouverture du séminaire « Nouvelles frontières? », Cristina Del Biaggio, maître de conférences en géographie à l’Université Grenoble Alpes, souhaite réfléchir sur la définition même de la frontière dans le contexte actuel.

« Avant 1914, la terre avait appartenu à tous les hommes. Chacun allait où il voulait et y demeurait aussi longtemps qu’il lui plaisait ». C’est le monde de l’écrivain Stefan Zweig, un monde révolu. Aujourd’hui, c’est le temps des murs et des barrières frontalières. Les sociétés se sont dotées d’instruments légaux et physiques et ont construit des « pièges territoriaux » pour les populations jugées indésirables. Un détour par l’histoire et le droit nous permettra de comprendre la géographie des migrations contemporaines. La géographie nous permettra, quant à elle, d’analyser les conséquences de la fermeture des frontières sur les parcours migratoires.

Date: 13 décembre 2017

Lieu: Grande Salle des Colloques, bâtiment F