Archives de catégorie : Séminaires

Séminaire 9: La Vulnérabilité Climatique au Croisement des Disciplines : définitions, mesures frontières

Le changement climatique produit des vulnérabilités qu’il est nécessaire de définir et de mesurer. Le présent séminaire, qui est le second à s’intéresser à cette thématique et le neuvième du cycle “Nouvelles Frontières?” propose de croiser les perspectives disciplinaires autour du concept de vulnérabilités au changement climatique.

 

On s’interrogera sur les définitions du terme selon les disciplines, dans une perspective historique. On cherchera à identifier les critères d’observation, les systèmes de classification produits et la façon dont les mesures permettent de construire des scénarios ou trajectoires pour anticiper les phénomènes d’adaptation. Enfin on considérera les spécificités géographiques et culturelles des vulnérabilités climatiques et le rôle déterminant des frontières dans les trajectoires d’adaptation.

 

Programme

9h00

Camille Biros et Caroline Rossi, ILCEA4, Univeristé Grenoble-Alpes, “Lexique de la vulnérabilité climatique dans un corpus comparable en anglais et français”

9h30

Sabine Lavorel, Centre de Recherches Juridiques UGA, « La vulnérabilité climatique du point de vue du droit »

10h00

Mehdi Abbas, PACTE, Université Grenoble-Alpes, “Vulnérabilités climatiques : économie politique d’une notion polysémique”

10h30

Dominique Baud et Anouk Bonnemains, PACTE et CDPPOC, Université de Savoie, “La vulnérabilité vue par le géographe : essai(s) de définition”

11h00

Pause

11h15

Stéphane Cartier, PACTE, Université Grenoble-Alpes, “Les lois parasismiques en Californie (USA), Colombie Britannique (Canada) et Cuyo (Argentine), une expérience commune au Nouveau-Monde pour maîtriser la vulnérabilité intergénérationnelle ? “

11h45

Thierry Lebel, IGE, Université Grenoble-Alpes,  “La vulnérabilité au réchauffement climatique est-elle mesurable ?”

12h15

Table Ronde

Le Programme peut être téléchargé ici.

Date: 25 janvier 2019

Lieu: Grande Salle des Colloques, bâtiment F

Séminaire 8 : Traduction et frontières culturelles

Faisant le lien entre deux langues mais également entre deux cultures, la traduction est une peut se heurter à différents obstacles, notamment liés à la culture. Cette 8è séance du séminaire “Nouvelles Frontières?” se propose donc de réfléchir aux enjeux entourant la traduction à travers le prisme des différences culturelles. Pour ce faire des universitaires et des traducteurs professionnels nous feront part de leur expérience afin de discuter de l’existence de « frontières culturelles ».

Programme:

Zelie Guevel (Université de Laval-Canada) : “Traduction et bilinguisme au Canada – état de la question”

Marie-Josée de Saint-Robert (Traductrice à l’ONU) : “Les solutions des traducteurs de l’ONU face aux réalités culturelles inconnues”

Patricia Zaylah (USEK – Liban) : “Cultural Boundaries in Translation: Approaches and Strategies”

Aurélien Yannick (Université Jean Jaurès, Toulouse) : “Aires linguistiques et mondialisation des enjeux identitaires”

Date: 29 novembre, 14h

Lieu: Grande Salle des Colloques

Séminaire 7: “Identificatio Urbis Finisimal”, les processus d’identification de la population dans les villes frontalières

La 7è séance du séminaire “Nouvelles Frontières?” prendra la forme d’un workshop qui s’insère dans le cadre d’un projet international “Identificatio Urbis Finisimal”. Ce projet, qui en est à ses débuts, vise à créer un réseau transdisciplinaire de chercheurs sur les villes-frontières pour ensuite structurer l’étude des villes-frontières à l’échelle européenne.

Ce workshop proposera un espace d’échanges entre jeunes chercheurs autour des questions théoriques et empiriques liées aux villes-frontières en Europe et en Amérique du Nord.

En premier lieu, il s’agira de réfléchir sur les villes-frontières de façon trans-disciplinaire en favorisant les échanges entre historiens, politologues, sociologues, géographes, civilisationnistes et sociolinguistes de différents laboratoires en France et à l’étranger, notamment en Suède, en Ukraine, en Allemagne. Ensuite, la manifestation va favoriser la préparation de la méthodologie de recherche interdisciplinaire sur les processus d’identification de la population des villes frontalières en France, Ukraine, Allemagne, Pologne, Autriche et en Amérique du Nord.

Programme

9h : Accueil des intervenants

9h30-10h : Introduction: Présentation du projet Identificatio Urbis Finisimal (N. Sopyliuk et P.A. Beylier)

  • Atelier 1 : Présentation des recherches sur les villes frontalières

10h-10h20 : Pierre-Alexandre Beylier, Université Grenoble Alpes, “Border Towns : introduction and definition(s)”

10h20-10h40 : Niklas Bernsand, Lund Université, Sweden, “Retrospective multiculturalism – pre-WWII cultural diversity in Chernivtsi city branding”

10h40-11h: Inna Kubay, NGO “Quadrivium”, Ukraine, “Quadrivium project activities: the results and futures research”

11h-11h20: Jasmin Donlic, MA, University Klagenfurt, “In the footsteps of transnational life worlds in the Alps-Adriatic region”

11h20-12h : Questions/débat

Pause déjeuner – 12h-13h30

  • Atelier 2 : Discussion autour de la méthodologie de recherche interdisciplinaire sur les villes frontalières

13h30-13h50 : Cléa Fortuné, Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle, “Conducting fieldwork for a multi-disciplinary research. Case study : Douglas, Arizona”

13h50-14h20 : Nataliia Sopyliuk, Université Nationale de Chernivtsi (Ukraine), “L’identification des habitants de la région frontière entre l’Ukraine et la Roumanie : le cas de la ville de Chernivtsi”

14h20-14h40 : Natalia Grabar, Chercheure CNRS, Université de Lille, “L’identification de la population des villes frontalières dans le Web social: le recours aux méthodes de TAL”

14h40-15h30 : questions/débat

Date: 25 mai 2018

Lieu: Salle G209

Séminaire 6 : Les frontières du changement climatique

Cette sixième séance du séminaire “Nouvelles Frontières?” constituera le premier volet de différentes séances consacrées au changement climatique. L’objectif principal de ces séances sera de faire discuter les disciplines afin d’affiner notre compréhension des enjeux entourant le changement climatique.

Pour cette première séance, l’ILCEA4 a fait appel à Joseph Shea, un Professeur invité, venant de l’Université de Northern British Columbia au Canada. Titulaire d’un doctorat en géographie physique, il a été pendant quatre ans spécialiste de l’hydrologie glacière à l’International Center for Integrated Mountain Development in Kathmandu, au Nepal. Il a travaillé sur la mesure de la fonte des glaces afin de développer de nouvelles techniques d’étude du phénomène.

Sa présentation, “Climate Change in Canada’s Mountain Ranges”, se concentrera sur les différentes méthodes de mesure de la fonte des glaciers notamment au Canada.

Date: 9 mars 2018

Lieu: Salle des Actes, Bâtiment Stendhal

Séminaire 5: La frontière irlandaise à la veille du Brexit, “The Rule of the Land : Walking Ireland’s Border” de Garrett Carr

Dans son livre Qu’est-ce qu’une frontière aujourd’hui ?, Anne-Laure Amilhat-Szary termine son introduction en posant la question suivante : « de quoi la frontière est-elle le lieu ? ». Dans le cadre de cette 5ème séance du séminaire “Nouvelles Frontières?”, Marie Mianowski, Professeure de Littérature irlandaise à l’Université Grenoble Alpes souhaite montrer comment le livre de Garrett Carr The Rule of the Land : Walking Ireland’s Border publié fin 2017 tente de répondre à cette question en ce qui concerne la frontière irlandaise. Après avoir marché pendant plusieurs semaines le long de la frontière, le narrateur, à la fois cartographe, écrivain et photographe a rendu palpable dans son récit ce qui se vit à la frontière irlandaise, en retraçant les mutations symboliques et parfois invisibles, mais aussi concrètes et matérielles, de la frontière au fil des générations.

A la suite de l’Accord Anglo-Irlandais de 1985, l’auteur irlandais Colm Tóibín avait publié un récit de ses propres pérégrinations le long de la frontière. En marchant à son tour trente ans plus tard, Garrett Carr fait évoluer la lecture politique du territoire et des discours et métaphores qui le constituent, vers une appréciation matérielle de la terre sous ses pieds. « En tant que symbole la frontière divise, mais je vais regarder ce qui s’y passe au sol et dans l’eau », écrit-il pour décrire son projet. Dans le contexte du Brexit, Marie Mianowski, se demandera de quoi la frontière irlandaise pourrait être le lieu dans les années à venir.

Date: 1er mars 2018

Lieu: Maison des Langues

Séminaire 4: Le Brexit ou le douloureux divorce entre l’Union Européenne et le Royaume Uni

Pour la 4ème séance du séminaire “Nouvelles Frontières”, Christian Auer, Professeur de Civilisation britannique à l’Université de Strasbourg, viendra faire une conférence à Valence afin d’expliquer les enjeux du Brexit. Il reviendra sur l’histoire de l’euroscepticisme britannique avant d’analyser les facteurs qui ont mené au référendum du 23 juin 2016. Pour finir, il fera le point sur l’état des négociations, les pierres d’achoppement entre le Royaume Uni et l’Union Européenne pour esquisser les possibles scénarios du divorce.

Date: 13 février 2018

Lieu: Amphi Jacquottet, Site Marguerite Soubeyran, Valence

Séminaire 3: frontières et migrations dans le monde arabe

Cette troisième édition du séminaire “Nouvelles Frontières?” va s’intéresser aux thématiques des migrations et des frontières dans le monde arabe.

En croisant les approches, les deux intervenants aborderons le sujet par le biais de la traduction et de la civilisation:

« La traduction comme moyen de dialogue entre les deux rives de la Méditerranée. L’exemple d’Antoine Galland », Salam Diab Duranton, Université Grenoble-Alpes, ILCEA4

« Le Liban face au « tsunami » de la migration, Hayssam Kotob, Université Libanaise

Date: 9 février 2018

Lieu: Petite salle des colloques

Séminaire 2: Les frontières contestées, les mouvements nationalistes en Europe

Dans le cadre de la série de séminaires « Nouvelles Frontières », l’axe transversal de l’ILCEA4, laboratoire regroupant des spécialistes de langues et cultures d’Europe, d’Amérique, d’Asie et d’Afrique et d’Australie au sein de l’Université Grenoble-Alpes propose une séance afin de réfléchir sur les mouvements nationalistes en Europe.

En effet, le nationalisme est considéré par de nombreux spécialistes comme « la force politique la plus forte du 20ème siècle ». Force est de constater que ce constat est toujours valable aujroud’hui, notamment en Europe, qu’il s’agisse du nationalisme d’extrême droite qui a connu une poussée notable ces dernières années dans un contexte de crise économique, conjuguée avec une crise migratoire et un scepticisme croissant vis-à-vis de l’Union Européenne, ou bien des mouvements séparatistes qui remettent en cause l’appartenance de certaines régions à des états-nations.

Ce séminaire souhaite réfléchir sur ces mouvements pour comprendre quelles sont leurs modalités, comment ils se structurent-ils et quelles sont leurs revendications. 

Trois intervenants présenteront leurs recherches sur les sujet suivants:

« L’indépendantisme catalan à partir des résultats des élections du 21 décembre dernier – La Catalogne : une région d’Espagne ou une nation d’Europe ? », Michel Martinez, Université Toulouse-Capitole

« Nationalistes irlandais et palestiniens : Histoires de solidarité transnationale, Marie-Violaine Louvet, Université Toulouse-Capitole

« La Construction d’une « Mongrel Nation » : le nationalisme civique en Ecosse », David Leishman, Université Grenoble-Alpes/ILCEA4

Date: 2 février 2018

Lieu: Amphi 5, Bâtiment Stendhal

Séminaire 1: Frontières et migrations, (dé)construction d’un piège territorial

Pour cette séance d’ouverture du séminaire “Nouvelles frontières?”, Cristina Del Biaggio, maître de conférences en géographie à l’Université Grenoble Alpes, souhaite réfléchir sur la définition même de la frontière dans le contexte actuel.

“Avant 1914, la terre avait appartenu à tous les hommes. Chacun allait où il voulait et y demeurait aussi longtemps qu’il lui plaisait”. C’est le monde de l’écrivain Stefan Zweig, un monde révolu. Aujourd’hui, c’est le temps des murs et des barrières frontalières. Les sociétés se sont dotées d’instruments légaux et physiques et ont construit des “pièges territoriaux” pour les populations jugées indésirables. Un détour par l’histoire et le droit nous permettra de comprendre la géographie des migrations contemporaines. La géographie nous permettra, quant à elle, d’analyser les conséquences de la fermeture des frontières sur les parcours migratoires.

Date: 13 décembre 2017

Lieu: Grande Salle des Colloques, bâtiment F