Journée d’Etude: Villes – Définitions et Pratiques

Selon l’ONU, 55% des individus vivent dans une ville, un chiffre qui est beaucoup plus élevé dans les pays industrialisés – aux Etats-Unis et au Canada, on atteint même 80%. Les villes sont une donnée majeure du monde actuel : non seulement elles concentrent la majorité de la population mondiale mais elles polarisent également les flux – de marchandises, de personnes et de capitaux – faisant d’elles des acteurs centraux dans la mondialisation. Cette demi-journée d’études, qui s’insère dans l’axe transversal « migrations, frontières et relations internationales » vise à réfléchir sur les villes contemporaines et les dynamiques qui les structurent pour mettre en évidence des éléments de définition et voir comment la ville est un « espace vécu » (Frémont 1974), par les individus.

Cette demi-journée d’étude accueillera trois intervenants:

  • Paulette Duarte, Université Grenoble-Alpes (PACTE), « Villes : définitions et limites d’un concept »
  • Daisy Waked, Université du Saint Esprit du Kaslik,
    « Reading the City as Text in Contemporary American Literature »
  • Fanny Vuaillat, Université Grenoble-Alpes (PACTE), « imaginaires et représentations des espaces urbains »

Séminaire 8 : Traduction et frontières culturelles

Faisant le lien entre deux langues mais également entre deux cultures, la traduction est une peut se heurter à différents obstacles, notamment liés à la culture. Cette 8è séance du séminaire “Nouvelles Frontières?” se propose donc de réfléchir aux enjeux entourant la traduction à travers le prisme des différences culturelles. Pour ce faire des universitaires et des traducteurs professionnels nous feront part de leur expérience afin de discuter de l’existence de « frontières culturelles ».

Programme:

Zelie Guevel (Université de Laval-Canada) : “Traduction et bilinguisme au Canada – état de la question”

Marie-Josée de Saint-Robert (Traductrice à l’ONU) : “Les solutions des traducteurs de l’ONU face aux réalités culturelles inconnues”

Patricia Zaylah (USEK – Liban) : “Cultural Boundaries in Translation: Approaches and Strategies”

Aurélien Yannick (Université Jean Jaurès, Toulouse) : “Aires linguistiques et mondialisation des enjeux identitaires”

Date: 29 novembre, 14h

Lieu: Grande Salle des Colloques

Conférence: Brexit, le décompte final

Le 23 juin 2016, le Royaume Uni a fait trembler la planète lorsque, contre toute attente, les Britanniques ont voté pour sortir leur pays de l’Union Européenne. Près d’un an et demi après et alors que la date fatidique de sortie approche, tous les regards sont rivés sur les négociations qui peinent à prendre forme. L’enjeu principal demeure la relation qui unira le pays et l’UE après le 29 mars 2019.

Les scénarios se sont multipliés au fil des semaines : de l’union douanière, au traité de libre-échange calqué sur celui du Canada en passant par une perspective qui, d’abord improbable, se fait de plus en en plus plausible, à savoir l’éventualité d’un « no deal » qui serait meilleur qu’un « mauvais deal » pour paraphraser la Première ministre, Theresa May.

Au-delà de cet enjeu majeur, les répercussions sur le pays sont nombreuses. En effet, selon l’option choisie, c’est l’unité du Royaume Uni qui risque d’être menacée. Premièrement, l’Ecosse, qui a voté majoritairement pour rester dans l’Union Européenne, souhaite se préserver un statut particulier afin de ne pas perdre ses liens avec l’UE. Une sortie selon un « hard Brexit » pourrait conduire le parti nationaliste au pouvoir à demander un nouveau référendum sur l’indépendance de la région.

Mais les enjeux sont encore plus importants en Irlande du Nord. Depuis l’accord du vendredi saint, qui a mis fin à la période des « troubles », qui ont déchiré la région pendant près de 25 ans, il n’y a plus de frontière avec la République d’Irlande. Or, la sortie de l’UE signifierait le retour de certains contrôles – douaniers, sécuritaires – qui recréeraient une frontière et provoqueraient inévitablement un retour des tensions entre nationalistes et unionistes. Concilier le Brexit avec l’absence d’une frontière représente un casse-tête quasi-insoluble auquel les négociateurs tentent malgré tout de trouver une solution. Ce séminaire se propose donc de faire le point sur le statut des négociations, un peu plus de trois mois avant la sortie effective du Royaume Uni, et d’analyser les enjeux entourant ces dernières.

Cette double conférence qui aura lieu à la fois à Grenoble et à Valence prendra la forme d’une conférence ouverte aux chercheurs, aux étudiants ainsi qu’au grand public afin de réfléchir à ces sujets.

Quatre intervenants participeront à cette manifestation:

Christian Auer, Professeur desUniversités, Université de Strasbourg, « Le Brexit ou ledouloureux divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne »

Karine Bigand, Maître de conférences, Université d’Aix-Marseille, « Brexit et le cass-tête nord-irlandais »

Annie Thiec, Maître de conférences, Université de Nantes, « Le Brexit: un cadeau empoisonné pour legouvernement écossais de Nicola Sturgeon »

Yann Echinard, Maître de conférences, Sciences Po Grenoble et Alain Laurent, Maître de conférences, Université Grenoble-Alpes, « L’impact économique du Brexit »

Vous pouvez télécharger le programme ici.

Date: Jeudi 13 décembre 2019 – 17h

Lieu: Amphi Weil, Campus de Grenoble

Date: Vendredi 14 décembre 2019 – 9h

Lieu: Auditorium de l’ADDUDA, Campus de Valence

Conférence « Être un homme célibataire en Chine rurale »

Cette conférence, organisée dans le cadre du séminaire CEMRA-CREO accueillera Isabelle Attané, directrice de recherches à l’Institut national d’études démographiques (INED). S’appuyant sur l’enquête de l’équipe de chercheurs DefiChine, elle exposera, à l’occasion de cette conférence, les facteurs du célibat masculin en Chine rurale, en prenant le contre-pied de certaines idées reçues, comme celle voyant dans les hommes exclus du mariage des individus plus enclins aux pratiques à risque ou socialement réprouvées.

Présidence de séance

Nadine André (UGA, CEMRA)

Damien Morier-Genoud (UGA, CREO)

Date : Lundi 26 novembre 2018 14h15-15h30

Lieu : Salle Jacques Cartier, Maison des langues et des cultures (MLC)